Coaching et co-création

Comment le coach s’y prend pour qu’à la fin d’une séance le client se sente bien ?

3 acteurs

Parlons de l’acte de co-création. Dans la relation, il y a 3 acteurs : le client, le coach et l’espace de la relation dans lequel le nouveau peut émerger. Le nouveau, ce peut être une idée innovante qui amène un regard novateur et recadre une situation, une croyance émergente qui en remplace une autre, une émotion qui s’allège après avoir été traversée… Ainsi le client trouve réponse à la question qui le préoccupait en arrivant. S’il savait répondre ou s’il savait gérer la situation, il n’aurait pas besoin d’une tierce personne, il trouverait lui-même la solution.

Un exemple

Prenons un exemple, la semaine passée un client arrive avec une situation difficile à gérer, en effet un de ses collaborateurs est décédé. Il a besoin d’élaborer les modalités pour gérer le deuil en équipe. Comment faire ? Quoi dire ? Le manageur rencontre là une situation délicate. Un deuil subit et inattendu plonge une équipe dans le désarroi. Le manageur se doit d’agir et dans ce cas, il est laissé seul face à la situation, aucun psychologue n’est prévu. Il est lui –même assez démuni et la façon dont il va traiter la situation douloureuse permettra à l’équipe de passer un cap ou pas…

Le processus d’accompagnement

Lorsqu’il y a mort d’une personne, des émotions fortes telles que la tristesse, voire la colère sont activées. La mort met chacun au contact de sa propre finitude et la tristesse immanquablement est là, présente. Permettre à ce manageur de s’approcher de sa propre tristesse, oser la traverser, c’est-à-dire ressentir la sensation de cette émotion dans son corps et ne pas rester enlisé dedans et la laisser aller, lui a permis de comprendre les besoins des personnes de l’équipe et d’élaborer concrètement une démarche pour gérer la situation.

Par ailleurs, je diagnostiquais que ce manageur portait seul cette situation, prenant trop de responsabilités qui correspond à un trait de sa personnalité déjà travaillé. Par quelques questions, il a pris la mesure de cette attitude et a ajusté la démarche afin de partager le poids de cette responsabilité.

» En conclusion, C’est en s’appuyant sur ses valeurs que la personne réveille son potentiel. La transformation s’opère par un travail en profondeur qui génère la nouvelle énergie pour construire l’avenir et préparer les projets.